Séjour Ubaye septembre 2021

Le séjour d'été des Cent Cols s'est déroulé à Méolans près de Barcelonnette du 4 au 11 septembre : au programme les cols de l'Ubaye, et plus si affinité.

Col Agnel :

Le col Agnel étant réservé aux cyclistes ce dimanche matin, je décide de profiter de l'aubaine pour monter ce col inédit pour moi tout en validant le BPF de St Véran.

Je pars de Guillestre ce qui me permet de franchir le col de la Viste, rajouté cette année au catalogue des Cent Cols, via la piste cyclable en mauvais état qui surplombe les gorges du Guil.

gorges du Guil
Les gorges du Guil vue de la route du col de la Viste

La circulation est gênante jusqu'au carrefour du col d'Izoard, juste après le col de l'Ange Gardien. Elle est en suite inexistante après Château Queyras grâce à la fermeture du col.

Les choses sérieuses commencent à la sortie de Ville Vieille, lorsque la route oblique vers le sud et l'Italie. Comme pour beaucoup de cols du secteur la route est panneautée tous les kilomètres ce qui permet d'anticiper l'effort à venir.

A la sortie de Molines je bifurque vers St Véran. La route redescend sur quelques hectomètres pour mieux se cabrer à l'approche du plus haut village de France. Les marmottes occupent les prés sous le bourg ; elles me le font savoir de leurs cris stridents. L'arrivée se fait sous le village resté dans son jus avec ses vieilles bâtisses groupées autour de l'église. Je remonte les ruelles et pointe en haut de la bourgade.

St Véran
St Véran

Plutôt que de redescendre à Molines, j'emprunte une petite route à flanc de montagne qui permet de rejoindre Pierre Grosse où je retrouve la route du col Agnel. La chaussée n'est réellement interdite à la circulation qu'à la sortie de Fontgillarde à 2 000 m d'altitude. Le décor change : place à la haute montagne. Vu l'heure de nombreux cyclistes sont déjà sur le retour avec parmi eux de nombreux VAE ...

Je fais la pause repas à 3 km du sommet car je sens que je n'ai pas assez de carburant pour rejoindre le col. Le rendement est nettement meilleur après le ravitaillement !

col d'Agnel
La route du col Agnel

Arrivé au sommet le temps se gâte ; je ne verrai rien du très raide versant italien. Du coup je laisse le Col Vieux d'Agnel pour une prochaine fois.

La descente est rapide mais je ne prends pas de risque. Le retour par la vallée et les gorges du Guil se fait, comme souvent, vent de face. Il n'en paraît que plus long.

Château Queyras
Château Queyras

Vars :

Les organisateurs nous proposent ce lundi de parcourir les cols muletiers à l'ouest de Vars. Mes amis agenais ont déplacé le départ au point bas de Vars Ste Marie pour remonter sur Vars en début de parcours plutôt qu'à la fin.

La pente est sévère dès la sortie du village et nous poussons plus que nous ne pédalons.

Vars
Polo et Robert à la sortie de Vars

La saison de ski se prépare : un engin de travaux publics et des 4x4 nous dépassent ; eux aussi sont à faible allure.

Dans la dernière portion de l'ascension du col de Jaffueil nous croisons des confrères qui redescendent déjà. L'arrivée au sommet coïncide avec l'arrivée de nuages qui nous privent de la vue vers l'ouest.

Nous continuons le poussage vers le col Sans Nom. Bernard, bon connaisseur du coin, nous dévoile les différents secteurs des stations de Vars et Risoul et leur imbrication. Une très courte éclaircie nous permet d'apercevoir le lac de Serre Ponçon en contrebas. Peu avant le col nous sommes à hauteur du chantier en cours : la création d'une piste et d'une remontée mécanique.

col Sans Nom
Au col Sans Nom

Le début de la descente du col Sans Nom est raide avant de s'assagir. Nous pique niquons dans un vallon en direction du col de Saluces. Il ne reste plus qu'à l'atteindre à flanc en guise de digestif.

col Sans Nom
Début de la descente ;
au fond à gauche le col de Valbelle et à droite dans l'ombre le col du Vallon

col de Saluces
Au col de Saluces

Les cols suivants, cols du Vallon, de Valbelle et de Chérine, sont franchis sans difficulté car situés sur la même crête desservie par une très bonne piste.

col de Chérine
Au col de Chérine

Après une belle descente sur Risoul une dernière surprise nous attend : une remontée de 150 m de dénivelée à travers la forêt avant de redescendre sur Vars Ste Marie.

Risoul
Risoul

Une autre possibilité intéressante pour réaliser ce circuit est de rallier directement le col de Valbelle depuis le col Sans Nom, puis de faire le col de Chérine en aller retour avant d'enchainer les cols du Vallon et de Saluces pour redescendre directement sur Vars.

Télécharger le fichier Google Earth du parcours

Le Parpaillon :

Le mythique col du Parpaillon est au programme du jour. Nous avons de la chance car il fait grand beau pour aller saluer ce classique.

Si la piste d'accès s'est dégradée par rapport aux années 80 elle reste parfaitement cyclable en VTT ou en Gravel.

piste du Parpaillon
La piste du Parpaillon

La montée est un long défilé de vélos éparpillés. Quelques motos puis des 4x4 viennent troubler la quiétude du lieu. Ce col est un spot pour tous véhicules, par contre pas de VAE !

Près du sommet un troupeau de moutons et sa bergère ont envahi la voie mais on peut se frayer un chemin sans problème.

L'arrivée au sommet permet un regroupement partiel de la troupe.

groupe

Une brochette de Cent Cols devant le tunnel du Parpaillon (cliquer sur la photo pour la voir en pleine page)

Pour ceux qui souhaitent revoir le film sur le Parpaillon de 1993 cliquer ici. Merci à Philippe pour avoir retrouvé le lien sur Youtube.

La suite dépend de chacun : certains vont au Girabeau, d'autres tentent le col géographique par la face sud (plus compliquée que la face nord) et pour notre part nous faisons demi-tour car le menu est encore copieux.

Après avoir déjeuné près de la cabane du Grand Parpaillon nous attaquons le col de la Pare.

col de la Pare
Le col de la Pare vu de la piste du Parpaillon

Redescendus à moins de 2100 m il s'agit de remonter à plus de 2600 m cap au sud. Le chemin laisse rapidement place à un sentier qui remonte le vallon du ruisseau du Parpaillon. Les courbes de niveau se resserrent à partir de 2300 m où l'on devine la passe qui nous fait face. Les derniers hectomètres se méritent entre la pente et l'altitude qui se rajoutent à la fatigue accumulée depuis le matin.

col de Pare
"Orpaillage" (© Philippe) dans le ruisseau du Parpaillon

Nous avons choisi de rajouter la Porte Malaisée. L'accès n'est pas aussi ardu que son nom le laisse supposer, en tout cas sur ce versant ; c'est un poussage hors sentier sans difficulté particulière.

vers la porte Malaisée
En route vers la porte Malaisée

La liaison vers le pas du Reverdillon est plus délicate avec deux options : perdre de l'altitude pour rattraper le sentier du col de la Pare au pas du Reverdillon ou rester peu ou prou à niveau en avançant sur un pierrier en dévers. Dans les deux cas la fin de l'ascension est usante.

Ce col permet d'accéder au vallon de Bérard, copie conforme du vallon du Parpaillon parcouru précédemment.

vallon du Bérard
Le vallon de Bérard

Les premiers hectomètres de la descente sont raides puis le sentier devient de plus en plus cyclable. De nombreux cailloux rendent toutefois cette descente cassante. La fin est même technique avec une sente étroite, raide, avec des épingles au bord du vide.

L'arrivée au pont de Bérard marque la fin des efforts.

Télécharger le fichier Google Earth du parcours

Abbaye de Boscodon :

Aujourd'hui je laisse mes p'tits copains pour m'offrir le BPF de l'abbaye de Boscodon.

Je pars du centre de vacances de Méolans en direction du lac de Serre Ponçon où je pousse jusqu'au Collet sur la route de Gap. J'y fais demi-tour pour contourner le lac par l'est. Ayant déjà passé des vacances familiales dans le secteur, je ne souvenais plus de la montée à Sauze du Lac … L'avantage est d'avoir de belles vues sur le lac.

lac de Serre Ponçon
Le lac de Serre Ponçon

Les quelques kilomètres faits sur la N94 sont pénibles à cause de la circulation intense. C'est donc avec soulagement que je la quitte en direction de l'Abbaye de Boscodon. La route est droite (ou presque) et la pente est raide même si ce n'est pas très long (4 km). Je pointe après avoir cherché pendant un moment l'accueil du monastère.

abbaye de Boscodon
L'abbaye de Boscodon, site BPF des Hautes Alpes

Je pique nique sur le chemin du retour à l'entrée de Sauze du Lac. La salle à manger offre une vue imprenable sur le lac !

Il ne reste plus qu'à rentrer avec pour final le Pertus, une petite vacherie de 2 km.

Le début de soirée est consacré à la remise de diplomes dont celui des 1000 cols à l'ami Carabine, docteur es GPS.

1000 cols pour Carabine
Remise du diplome des 1000 cols pour Carabine

Satellites du col d'Allos :

Retour avec le team Polloni pour effectuer le parcours autour du col d'Allos. Patrick et Polo se garent aux Agneliers. Ayant déjà dans leur musette les deux premiers cols du circuit, ils montent la fin du col d'Allos pendant que le reste de la troupe va faire les baisses du Signal et de du Prenier. La synchronisation est parfaite pour le rendez-vous au col d'Allos.

baisse du Signal
Vers la baisse du Signal

De là nous suivons longuement la crête ouest qui ondule, parfois de manière brutale, jusqu'au col de la Sestrière, le 7 000 ème de Christophe, l'un de nos GO.

vers le col de Sestrière
Passage délicat vers le col de Sestrière

Tophe
Col de Sestrière : le 7 000 ème de Christophe ! (photo Polo)

Le col suivant, le pas du Mélèze est aérien ; le cheminement se termine par un sentier de crête avec le vide de chaque côté. Ames sujettes au vertige s'abstenir.

col du Mélèze
L'aérien pas du Mélèze ; faux pas interdit ...

Nous y faisons demi-tour pour rejoindre le pas de Gimette où nous déjeunons à l'abri du vent.

pas de Gimette
Au pas de Gimette

Le repas terminé nous coupons dans la pente pour rejoindre l'interminable sentier qui nous conduit au col des Thuiles. Nous y rencontrons des randonneurs qui s'intéressent aux cols … à pied !

Le dernier col, la baisse de Péguiéou est rallié par de larges pistes de ski car nous avons rejoint le domaine de Pra-Loup.

baisse de Péguiéou
A la baisse de Péguiéou, dernier col du jour

La descente se fait d'abord par un sentier qui rejoint une piste de ski rouge, donc parfois très raide pour nous ramener aux Agneliers. Si c'est la fin pour Patrick et Polo, Jean-Yves et moi-même remontons au col d'Allos pendant que Philippe et Robert rejoignent notre hébergement à vélo dans le but de franchir le Pertus.

Télécharger le fichier Google Earth du parcours

Satellites du col de Larche :

Ce matin le temps est maussade. Il pleut pendant que nous rejoignons le parking du Pontet, sous le col de Larche.

Nous démarrons en douceur par une piste qui nous mène au pied du col Rémy. Je n'ai pas de bonnes sensations : certainement la répétition des efforts en altitude. Nous suivons un sentier qui nous mène au sommet de la Tête Dure alors qu'il aurait été plus simple de passer par le vallon comme indiqué par la trace des organisateurs.

Le brouillard nous entoure lors de l'ascension suivante, celle du col de la Gipière de l'Orrenaye.

Le cheminement vers le col des Monges se fait par un sentier partiellement cyclable. Tout près du col nous retrouvons Philippe le toulousain qui nous suit jusqu'aux cols d'Aguya et Cavalla. Nous évoluons désormais en Italie.

col des Monges
Au col des Monges

Nous descendons à la sella Féa par un sentier pentu où il faut assurer ses pas. Nous y pique niquons avant de remonter à la sella Cavalla.

La liaison vers le col du Boeuf se fait en deux temps : une première partie cyclable suivie d'une grosse remontée de 200 m. Nous y retrouvons des confrères qui arrivent par l'autre versant.

C'est dans la descente que le brouillard se lève. Nous décidons du coup de terminer le parcours comme prévu par le col frontalier de Ruburent. Une passe qui n'est pas difficile, une bonne partie étant cyclable. et qui offre de belles vues sur le lac de l'Orrenaye côté français et le lac de Ruburent côté italien.

col de/ Ruburent
Au col de Ruburent avec les Italiens en Italie !

lac d'Orrenaye
Le lac d'Orrenaye

Les dieux du ciel étaient avec nous : la pluie a attendu que nous soyons à l'abri dans les voitures pour tomber dru !

Télécharger le fichier Google Earth du parcours

Seyne :

Le circuit du jour est court afin d'être à l'heure pour la concentration du Club des Cent Cols ; une quarantaine de kilomètres depuis le col St Jean.

Le départ se fait en descendant vers Sélonnet. L'air frais me donne l'onglée. La légère remontée vers Seyne les Alpes me permet de me réchauffer. Je poursuis jusqu'au col de Maure où je fais demi-tour pour pointer le BPF de Seyne, un bourg montagnard construit sur le meilleur versant : l'adret.

Seyne les Alpes
Seyne les Alpes, BPF des Alpes de Haute Provence

Après le pointage un court mais pentu aller retour me permet d'atteindre Le Coulet. Il ne me reste plus qu'à remonter tranquillement le col St Jean pour assister aux festivités.

discours
Discours du président lors du rassemblement au col St Jean

groupe

Photo de famille (cliquer sur la photo pour la voir en pleine page). ©Sylvie Arnaud, La Provence